Théa & the Mugs - Mai 2013 | #2 AUTOCLIP

26 mai 2020 - 385 vues

Pour ce deuxième "autoclip" bricolé sur une chanson de l’album "Avant/Après ", j’ai installé ma caméra sur la terrasse et j’ai regardé les arbres passer de l’automne au printemps.

L’hiver 2012-2013 semblait ne jamais vouloir finir, au point qu’il a encore neigé après Pâques. Avec un unique jour de neige et l’arrivée inopinée d’un virus, l’hiver 2019-2020 s’est révélé bien différent, et pourtant lui aussi étrangement en résonance avec cette chanson.

Clip tourné le :
4 octobre 2019 – 17h
9 novembre 2019 – 16h
6 décembre 2019 – 15h
8 janvier 2020 – 16h
17 février 2020 – 16h
27 février 2020 – 15h
16 mars 2020 – 17h30
4 avril 2020 – 18h30
9 avril 2020 – 18h
15 mai 2020 – 16h

Le premier autoclip "Le prince charmant" :
https://www.youtube.com/watch?v=8Sgja66C1JQ

Écouter "Mai 2013" et l'album "Avant/Après" de Théa & the Mugs sur :
- YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=GC2LaRaWK9Y&list=PLddluzuGAG1f51gsWEaPVO66F02hjcQMt
- Soundcloud : https://soundcloud.com/theaandthemugs
- Spotify : https://open.spotify.com/album/0hz575cHqiwmWmmvl2Vdvz
- Deezer : https://www.deezer.com/fr/album/15838074
- iTunes : https://itunes.apple.com/us/artist/th%C3%A9a-and-the-mugs/1205934370
- CD : chez tous les disquaires de Belgique

Filmé avec une caméra Sony FDR-AX33
Monté avec Shotcut
Intertitres et miniature réalisés avec Gimp et Darktable

Pull People Tree (chez Wonderloop - Bruxelles)
Maquillage Zao, Couleur Caramel, Dr Hauschka et Lily Lolo

Théa & the Mugs – Mai 2013 (paroles et musique : Dorothée Maréchal)

J’apprends un par un les obstacles de la vie
Je les retrouve à la sortie
Sans tomber deux fois dans les mêmes travers
Mais y a plusieurs ornières à faire et à défaire
C’est toujours travailler, comme nos grands-mères disaient

C’est comme un très long hiver
Qui se répète sans fin
C’est comme en mai 2013
La neige sur les jardins
Comme une hibernation lente
Comme une statue de glace
Un jeu de cartes qui se plante
Un sas

Comme la file de voitures qui circule dans la ville
Je me trouve bien trop mobile
Sans buter deux fois sur les mêmes barrières
Y a toujours un mystère : dans quel état j’erre
D’où ce que je viens, où ce que je vas
Et est-ce qu’on m’aime comme ça

C’est comme un très long hiver
Qui se répète sans fin
C’est comme en mai 2013
La neige sur les jardins
Comme une hibernation lente
Comme une statue de glace
Un jeu de cartes qui se plante
Un sas

Toujours pédaler beaucoup pour avancer un peu
Dites-le-moi si vous avez trouvé mieux
Temps en temps pleurer un coup pour s’alléger le cœur
Pas avoir peur du vide et s’accrocher aux fleurs

C’est comme un très long hiver
Qui se répète sans fin
C’est comme en mai 2013
La neige sur les jardins
Comme une hibernation lente
Comme une statue de glace
Un jeu de cartes qui se plante
Un sas

C’est comme un très long hiver
Qui se répète sans fin
C’est comme en mai 2013
La neige sur les jardins
Comme une hibernation lente
Comme une statue de glace
Un jeu de cartes qui se plante
Un sas

Si tout n’est jamais qu’un cycle dont les jours sont comptés
J’attends le retour du balancier